Fabian Culot

En savoir plus…

Logo Facebook
logo vidéo
logo Jeunes MR
logo Mouvement Réformateur
Programme 2010 du MR : élections législatives
Animation d'accueil
C'est du Belge !

Laissez le cirque à Bouglione et mettons-nous au travail !

L’extrémisme économique ne peut nous amener à l’extrémisme politique

Nous sommes tous des enfants de Cockerill, et pour nombre des représentants du groupe MR-IC, ce n’est pas qu’un slogan, c’est une réalité : nos parents travaillent ou ont travaillé dans la sidérurgie, et les fermetures annoncées nous touchent directement et nous meurtrissent. Nous n’avons pas de mots assez durs pour qualifier l’attitude du groupe Mittal, qui abusant de l’économie de marché, en détruit sa finalité (qui est le développement du progrès et de la richesse au profit du plus grand nombre) en tentant de se ménager une position qui lui offrirait un quasi-monopole, contraire au principe même du marché libre et régulé qui a permis depuis des décennies de développer l’économie de nos régions. L’extrémisme économique ne peut toutefois nous amener à l’extrémisme politique.

Le cirque politique que d’aucuns dénonçaient, ils le pratiquent aujourd’hui pourtant au quotidien, avec une démagogie qui appellera des lendemains douloureux : le boomerang revient toujours auprès de celui qui l’a lancé.

Lâchée par Mittal, la sidérurgie liégeoise n’a de chance de se relever que si les Liégeois s’accordent ensemble et parviennent à lui trouver un avenir. Et dès lors que Marx et Che Guevara sont morts, il faudra le faire sans eux…

Dans ce cadre très difficile, le groupe MR-IC de Seraing a voulu, en apportant son soutien au vote de la motion proposée et en participant à sa rédaction, contribuer à ce que toutes les pistes soient ouvertes et exploitées : il ne faut rien négliger d’étudier pour sauver la sidérurgie. Toutes les pistes doivent être explorées, sans démagogie. Seule l’inaction est à proscrire.

Le groupe MR-IC exige donc la réalisation et le dépôt rapide de l’ensemble des études permettant de déterminer les possibilités qui se présentent pour sauver la sidérurgie liégeoise. Ces études doivent permettre de répondre aux enjeux sociaux, économiques et environnementaux. Elles doivent déterminer les obligations du groupe ArcelorMittal (particulièrement sociales et environnementales), et les mettre en perspective avec ses droits, notamment quant à la propriété des outils.

Mais quel que soit le choix qui sera posé, il devra être expliqué, car il doit être partagé par les différents groupes politiques, non seulement à Liège mais également en Wallonie et, plus largement même, en Belgique et en Europe. Dans les moments difficiles, les fondamentaux de notre Etat doivent nous aider à nous en sortir. Les remettre en cause, c’est creuser à Liège une tombe dans laquelle le reste du Monde nous regardera tomber. Il n’est dès lors pas question de cautionner des études faites à la « va-vite ». A les suivre d’ailleurs, on finirait par reconnaître aux marabouts en tous genres le titre de médecin spécialiste…

Déclaration de politique générale : l’alternative au socialisme n’est pas le communisme !

La majorité socialiste communale présente aujourd’hui une déclaration de politique générale sous la forme d’une courte plaquette publicitaire. Ainsi, seules 5 pages détaillent l’action de la nouvelle majorité pour les 6 années à venir ! L’objectif du législateur wallon qui a rendu obligatoire la présentation et le vote d’une DPG en début de législature communale est en l’espèce clairement loupé !

La DPG ne dit rien… des actions menées pour répondre à la crise de la sidérurgie ; de la manière de remettre à l’équilibre les finances communales ; de la politique sociale poursuivie ( !) ; de la politique du logement ; de la sécurité et de la prévention ; du sport et de la culture ; etc. Quant aux politiques abordées, elles ne le sont que sous la forme d’un titre, sans presqu’aucun engagement et sans objectif.

Pourtant, Seraing a besoin d’un large consensus sur la mise en œuvre des projets qui vont dessiner son avenir. Les options d’aménagement du territoire (partage entre les fonctions industrielles, d’habitat et d’espaces verts), de mobilité ou encore de développement économique doivent pouvoir être débattues pour être partagées par le plus grand nombre. Seraing ne réussira pas sa reconversion si celle-ci n’est basée que sur les seules impositions d’une majorité socialiste pourtant de plus en plus étriquée.

Un des seuls engagements concrets de la DPG est la promesse de la majorité socialiste de « mieux communiquer » ! Pour le groupe MR-IC, il n’est pas question d’accepter la mise en place d’un échevinat de la Communication, sorte de nouveau ministère soviétique de l’Information d’Etat, …tout ça pour alimenter le débat gauche-extrême gauche, et de participer à la compétition du moment : « es-tu meilleur socialiste que moi ? »

A Seraing, l’alternative au socialisme n’est pas le communisme. Le groupe MR-IC était et entend bien rester le leader de l’opposition politique. Une opposition qui a participé à la définition du Master Plan, qui a dénoncé le non-respect par ArcelorMittal de ses obligations – notamment environnementales – une opposition qui a défendu les projets de redéploiement économique mais qui a, aussi, relayé les inquiétudes des riverains – notamment dans le dossier du Cristal Park. En synthèse, une opposition ferme mais constructive, vigilante mais objective. Une opposition qui représente une alternative crédible à la majorité en place. Une opposition qui sait ranger ses différences quand il s’agit d’œuvrer pour le bien commun, et qui n’utilise ni la démagogie ni le populisme pour tromper le citoyen.

Enfin, le bourgmestre conclut sa DPG par un appel à un « dialogue constructif » entre les groupes politiques. Le groupe MR-IC répond naturellement positivement à cet appel, mais n’entend pas participer à un jeu de dupes : les sirènes de l’extrémisme ne peuvent rendre inaudibles la voix de ceux qui travaillent à une réelle alternative et à un avenir meilleur et différent.

Poster un commentaire